Depuis le 1 er janvier 2020 pour les revenus les plus modestes ne bénéficient plus du Crédit d’impôt transition énergétique mais de MaPrime Rénov’ un dispositif plus favorable pour eux car il tient compte des faibles ressources de ces foyers. Or ces foyers modestes pouvaient dans certaines conditions disposer de l’aide Anah Habiter Mieux sérénité (jusqu’à 12 000 euros d’aides).
Quel est le dispositif  le plus favorable ? Selon les situations quel dispositif viser ?

[[ Pour rappel Vertdurable est opérateur ANAH pour les aides à la rénovation énergétique et intervient pour le montage des dossiers Anah en Ile de France ainsi que dans le 13- Bouches du Rhône ]]

Notre mission d’AMO et notamment d’AMO financière aux copropriétés en rénovation nous amène une grille de lecture des aides différente d’un point de vue de propriétaire de maison individuelle.
Quelles conséquences sur les projets de rénovations globales ?
Les copropriétés subissent deux conséquences liées à l’obligation des 25% d’amélioration de la performance : une négative et une positive.

1°) Point positif des aides Anah (Habiter Mieux Sérenité): Alors que les copropriétés ne souhaitent à l’origine que régler un désordre particulier (toiture, fuites en point particuliers de la façade, etc), le dispositif Habiter Mieux Sérénité presse à construire un plan plus global permettant 25% d’amélioration de la performance énergétique pour l’attribution d’aides financières les plus favorables aux plus démunis.
Un projet global c’est une grosse opération de travaux  en une fois, souvent coûteuse et stressante. Cela engendre un besoin de pédagogie plus important mais à la fin on obtient une opération plus conforme à ce qu’on peut attendre d’une rénovation participant à la transition énergétique.
 
 
 

2°) Point négatifs des aides Anah : Les plans permettant d’enclencher Habiter Mieux Sérénité sont beaucoup plus coûteux ils ne conviennent pas à ce que veulent les copropriétaires. Pourtant « le client est roi », ou « l’électeur a toujours raison » selon la position ou l’on est. Les oppositions sont violentes, les projets déclenchent des guerres de clans dans les copropriétés qui n’aident pas au « vivre ensemble ».
Chacun reste sur sa position. Les lignes sont difficiles à faire bouger et ceux qui ont le plus affiché leur position se voient enfermés dans une position de principe et ne peuvent revenir en arrière de peur de perdre la face.

Il faut donc beaucoup de tact et de communication pour que ces projets puissent avancer sans que les agitations ne se transforment en oppositions définitives ni que les aspirations écologiques se transforment en sommes astronomiques et que le bon sens ne devienne contre-sens.

Avec « MaPrime rénov' », les aides ne sont plus soumises à un « package -25% ». Le montant de cette prime qui remplace le CITE a fortement augmenté pour ces foyers modestes. La prime devient légalement cumulable avec les CEE ce qui n’était pas le cas du Crédit d’impôt.

Aussi des actions ponctuelles deviennent à nouveaux possibles simplifiant la gestion des projets.
Mais la contrainte n’insuffle pas la volonté de se projeter dans l’avenir.
L’avantage sera de moins perturber la vie les copropriétés.
 
Ou va se situer le point d’équilibre entre les deux dispositifs ?
Les mois à venir nous le dirons et nous reviendrons vers vous pour en témoigner.
 

Tags: , ,