« Le pétrole et après? » un débat qui a eut lieu au salon Planète Mode d’Emploi le 24 septembre 2009.

Présent il y avait :

  • Yves Cochet : Député vert du 14°
  • Jean Pierre Favenec : Directeur  expert à l’IFP (Institut Français du Pétrole)
  • Patrick Haas : Président de BP France

Une première question concernait le pic pétrolier.

JPF a rappelé que ce qui fait la force du pétrole c’est son format liquide qui le rend très pratique à l’usage. Facile à transporter, il est peu dangereux. En quelques minutes on rempli son réservoir et avons jusqu’à 700 ou 800 km d’autonomie.

Notre consommation actuelle est de 4 milliards de tonnes de pétrole par an pour la planète et logiquement cette quantité devrait augmenter avec la montée en puissance de pays comme la Chine ou l’Inde.

Le pic pétrolier n’est pas selon lui d’actualité et devrait apparaitre dans quelques décennies, 20 30 ans.

Y.C.  a rappelé que 500 Millions d ‘européens possédent 200 millions de voitures et que parmi eux, nous français 60 millions, nous possédons 32 millions de véhicules soit autant que la Chine qui compte 1.4 Milliard d’habitants….

Pour lui la planète ne peut fournir les matières premières et l’énergie pour leur permettre de vivre comme nous.

Il considère que nous avons atteint le pic pétrolier il y a 18 mois en avril 2008 avec une production de 87 M de baril/Jour et que nous ne repasserons pas au dessus de cette barre. Nous sommes sur la pente descendente d’un monde, en train de disparaitre lentement. Un monde de l’énergie abondante, facile, peu chère.

P.H. a fuit la question du pic en disant que ce pic sera atteint quand le pétrole sera très cher. Point de vue qui me semble bizarre car le pic pétrolier est un pic de production et non un pic de consommation et ce pic pourrait être atteint avant même que l’humanité s’aperçoive que le bon temps est passé….

Il rejoint la vision d’un monde facile ou l’on dépense une énergie que l’on ne compte pas.

Je précise qu’à ce moment du débat les intervenants ne se regardaient pas du tout et même semblait s’ignorer assez royalement. Les dissensions semblaient assez forte entre certains interlocuteurs.
La salle était remplie à 99.9% de collégiens et de lycéens !!? qui ont suivi avec une attention plutôt soutenu ces échanges par forcément destinés à un tel public.

Usages nobles :

Certains usages du pétrole sont plus ou moins nobles (j’utiliserais plutôt le mot de pertinent) par exemple le pétrole est bien pour l’énergie des déplacements en raison de sa sécurité et de sa facilité comme nous venons de le dire et du peu de solutions alternatives.
Se chauffer au fioul n’est pas un usage optimisé du pétrole car d’autres énergies moins faciles d’emploi peuvent remplir cette tâche.

Y.C. reprend sur le fait que d’un point de vue politique l’occident ne peut pas dire aux pays du sud qu’ils ne doivent pas chercher à vivre de la même manière que nous. Pas très politiquement correcte ni très légitime en effet.

P.H a même préciser que nous devrons moins produire pour leur permettre d’émettre plus chez eux.

Y.C. continue de présenter sa vison d’un monde ou nous consommerons moins d’énergie ce qui reviens a consommer moins tout court semble t il.. Il décrit par sa phrase fétiche « Moins de biens plus de liens » .

Nous risquons la guerre et c’est déjà ce qui se passe  en Irak ou le pétrole abondant est peu chère à produire.
Les nouveaux pétrole ne résolvent pas le problème en raison de leurs couts techniques et environnementaux.

Le mix énergétique :

P.H prévoit que nous allons faire appel à une multitude d’énergie là ou avant nous avions une seule solution pour tout.

Il rappelle que BP est partisan de toutes les solutions qui sont efficaces et indique que les bruits selon lesquels les pétroliers auraient acheté les brevets de la voiture à eau, de la voiture à air et de la voiture au jus de pomme ne sont que des rumeurs infondées.
J’ai effectivement lu ces rumeurs sur le net mais je n’ai pas encore vue la preuve de telles transactions.

Les 3 intervenants étaient d’accord sur le fait que le pétrole ne sera jamais totalement épuisé mais que c’est son prix qui en arrêtera la production.

Jusqu’en 1800 l’humanité n’utilisait que des énergies renouvelables. L’ère fossile qui lui a suivi aura duré 2 à 2.5 siècles.

Le nucléaire :

J.P.F. plutôt favorable au nucléaire ne  voit pas comment les énergies renouvelables qui représentent aujourd’hui 1% du total  vont nous permettre de nous passer du nucléaire.

Y.C. a lui marqué son opposition au nucléaire.

Quel mode de vie pour demain ? Qu’est ce que nous pourrons conserver ? :

J.P.F. propose une vision tout électrique ( qui entraine nécessairement nucléaire) en raison du fait que cela permet plein de sources d’énergie différentes.

Par contre l’électricité ne se stocke pas ce qui complique.

Quel est la part des investissements de BP dans les E R ?

BP investi chaque année 18 Milliards de $ dans la recherche. 1,2 milliards soit 6.7%  sont consacrées aux énergies renouvelables. Le problème est que les projets sont très petits est que cette somme est ventilée sur 5 000 projets!! (soit 240 000 $ par projet)

En résumé si BP voulait dépenser plus il semble qu’ils ne le pourraient pas actuellement en raison de cet éclatement.

Les biocarburants :

Intervention de Y.C. pour présenter les 3 grands types de biocarburants :

1ére génération :
Agriculture intensive à partir de laquelle on va prélever les graines notamment de colza pour faire des huiles et de l’éthanol. Besoin de très grandes surfaces et un très mauvais rendement car pour l’éthanol on a calculé jusqu’à un litre de pétrole nécessaire pour faire un litre (équivalent pétrole ?) d’éthanol.

2° génération :

Production à partir de plantes entières et de déchets agricoles. Le rendement s’améliore.

3° génération ;

Les phytoplacton qui sont des micro algues. Ils ont l’avantage de pas utiliser de surfaces agricoles mais pour le moment cela ne marche pas très bien.

L’évolution des sources d’énergie :

Y.C. a décrit une société shooté au pétrole, complètement addicte à une énergie facile. 84% de l’energie mondialement consommée est d’origine fossile (et facile). Changer va nécessiter du temps et des dizaines de milliards de dollar de recherche.

Question sur la décroissance.

Y.C. (il a beaucoup parlé finalement mais c’est un politique…)

Pense que la récession va durer surtout en terme de PIB. Il a rapidement évoqué le fait que le PIB était un mauvais indicateur. Il croit en la décroissance du PIB et la croissance de l’amour et du bien être. (sic)

Il y aura surement décroissance de l’empreinte écologique notamment dans les pays occidentaux.

Il faut une décroissance de cette empreinte des pays occidentaux.

Question sur le nucléaire :

J.P.F. rappelle que cela représente 5% des énergies mondiales actuellement. Il y à 400 centrales nucléaires dans le monde et 40 env en France. (qd même 10% du parc mondial)

Il y a 10 ans on parler de sortir du nucléaire mais les contraintes n,’étaient pas les même.

Y.C. Le ressources uranium ne sont pas inépuisables et on utilise 1% de l’énergie présente dans l’uranium. Les nouvelles générations  3 et 4 devraient permettre d’améliorer cela. Les risques restent énormes.

Mais au global on n’a pas encore la solution pour continuer à maintenir le même niveau d’energie sur la planète.

 

Tags: , , , , , , ,