Telle est la conclusion de deux témoignages présentés à l’occasion du salon Innovative Building du 3 au 5 avril dernier.

Deux architectes ont présentés des bâtiments qui avaient l’objectif d’être positifs. C’est-à-dire de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

Conclusion : L’exercice est très difficile et les utilisateurs doivent grandement participer pour atteindre l’objectif.

Autre enseignement, l’informatique représente 50% des consommations dans un immeuble de bureaux et l’offre matériel et logiciel est loin d’être adaptée aux challenges d’économies d’énergies qui nous intéressent ici.

 

 

 

 Un immeuble positif de bureaux à St Priest :

L’objectif était un BePos pour cet immeuble qui abrite le pôle SOLERE un regroupement d’entreprises tournées vers le « bâtiment vert » qui se présente sous l’étiquette de pôle de compétences environnementales.

Ces professionnels ont voulu appliquer à eux même ce qu’ils recommandent à leur client, pour prouver la faisabilité d’un bâtiment positif.

L’objectif était élevé : Avoir un Bâtiment positif dans la lignée de ce que devrait être la RT 2020 avec 50kW/h/m² et pas seulement sur la consommation nécessaire au chauffage mais positif tous usages confondus y compris l’informatique.

C’est du Côté de Lyon à Saint-Priest que le projet s’est dessiné dans le parc technologique de la ville. L’ensemble représente 4000 m².

La recherche à été poussée : Recherche sur les couleurs, le bruit, l’horloge interne des travailleurs, Pour le chauffage, on trouve une isolation poussée, triple vitrage, géothermie horizontale, chauffage au pellet, ventilation double flux, éclairage performant.

Le toit est recouvert de photovoltaïque mais orienté au nord pour permettre au soleil d’éclairer et chauffer la verrière, les calculs ayant démontré qu’il était plus profitable de procéder ainsi.

On y trouve également un potager géré par les salariés, le fauchage s’effectue à la main à la place de machines.

Les salariés sont tous passé à des PC portable car un portable consomme 20w là ou un PC fixe consomme généralement aux alentours de 400kW/h. Les serveurs ont été mutualisés.

La cafétéria est mutualisée et cogérée par les équipes.

(La machine a café étant une source de consommation d’énergie non négligeable)

Conclusion : La première année n’a pas permis d’atteindre l’objectif.

Des groupes de travail ont été mis en place pour rechercher des solutions.

Parmi les causes :

Consommation électrique inopinée : la nuit par exemple alors qu’absolument tout devait être à l’arrêt. Les instruments ont remonté des consommations comme notamment un frigo personnel installé dans un bureau. La personne ayant maintenu le courant, tous les objets sur la même ligne ont consommé la nuit…

Les gens qui travaillent le soir ont également perturbés les prévisions de consommations. ..et les matériels mesurant les consommations ont joué un rôle de mouchard qui pose des questions sur la vie privée. L’instrumentation (au sens la pose d’instrument de mesures) tel qu’elle va apparaitrait dans les années à venir va devenir un source de renseignement inattendue.

En 2011 le bâtiment a consommé 168 00 kWh (~ 42KwH/m²).

Le système photovoltaïque n’a pas produit assez notamment raison d’une panne qui a entrainé la perte de 190 000 euros de revenus. Ce problème a été détecté très tard.

Pour le mois d’avril 2012 le bâtiment devrait finalement passé en positif.

La température à été porté à 20 voire 21°. 19° était inconfortable pour tout le monde. La surconsommation de 15% par degré supplémentaire a été jugée faible aux regards des problèmes d’inconfort et de productivité que cela pouvait entrainer. D’autres recherches ont été menées pour réduire encore la consommation des systèmes informatiques.

Le bâtiment peut faire l’objet de visite si vous le souhaitez. Contactez les entreprises du pôle via le site de l’architecte Thierry Roche.

 

Collège Positif à Saint Dizier en Haute marne par Jean Philippe Thomas Architecte

Un collège pour 400 élèves 6000 m² avec un gymnase et quelques logements.

Conçu entre 2006 et 2008 ce bâtiment visait la norme HQE. Il est réalisé à 70% en bois massif autrichien et à 30% en béton.

Lien vers les photos de l'architecte

Le bois a était choisi pour son confort et sa mise en œuvre a été rapide : 15 mois.

Autres caractéristiques : Triple vitrage, ventilation double flux, PAC avec nappe phréatique.

Au bout d’un an et demi les consommations étés évaluées. On a constaté des allumages nocturnes sans raison.

Aujourd’hui le bâtiment tourne autour de 47 kWh/m²/an.

Cette consommation est à rapporter au fait qu’un collège n’est pas utilisé la nuit les week-end et que toute les 6 semaines il y a 2 semaines de vacances scolaires, sans compter les vacances d’été.
Aucune étude n’a été faite pour comparer cette consommation de 47kW/h/m²/an à celle d’une habitation.

L’enseignement c’est qu’il faut absolument accompagner les utilisateurs. Il faut accompagner le proviseur et les équipes techniques car théoriquement on devrait être quasi nul en consommation. La performance du bâtiment est totalement liée à la compétence de l’équipe technique.

Le système Photovoltaïque produit 50 000 kWh, mais cette électricité ne rentre pas dans le bilan de l’immeuble.

 

Tags: , ,