Il y a quelques temps nous avions parlé de la cantine 100 % bio de Mouans Sartoux, cette semaine nous faisons un point sur la politique de développement durable du village avec M. Le blay responsable développement durable de la commune.

Où en est Mouans-Sartoux de son agenda 21 ?

Mouans-Sartoux a mené son agenda 21 parallèlement au complément de son PLU .
Nous avons été un des premiers à nous lancer dans la démarche. Cela a duré trois ans de 2006 à 2009. Depuis 2009 nous sommes dans une phase de validation administrative qui se terminera prochainement.
Nous avons ainsi totalement intégré notre Agenda 21 dans le PLU. Notre agenda 21 comprend des actions qui ne peuvent pas être intégrée dans le PLU parce que non compatibles.

L’intérêt d’être intégrée dans le PLU c’est d’être opposable aux tiers.
Ce qui est dans l’agenda 21 concerne les autres aspects que le logement et les déplacements.

[Deux définitions du PLU :
http://www.actu-environnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/plan_local_d_urbanisme_plu.php4
http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_local_d%27urbanisme]

Un document de présentation du PLU ici :
http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Mouans-_Sartoux_-_Agenda_21_et_PLU_cle59bfdc.pdf

Qu’en est-il de votre politique de logement et de déplacements durable ?

Pour le logement nous avons mis en place un programme de construction de logements sociaux avec des servitudes de mixité sociale à la périphérie immédiate du centre-ville en tenant compte de la proximité des commerces et des services. Les logements seront BBC sinon ils n’auront pas de subventions.
Nous avons également une réflexion de type Eco-habitat avec un projet qui serait relié avec une liaison piétonne claire, une insertion dans le plan de transport. Reste à résoudre la distance vis-à-vis du pôle de vie, des services publics et associatifs.
Le premier site que nous avons sélectionné prévoit le dès le départ des jardins familiaux, la présence d’un puits hérité de l’activité agricole du terrain. Le projet est en discussion avec les bailleurs et avec les promoteurs. Il faudra ensuite préparer la concertation avec les gens du quartier.

L’histoire du logement social de Mouans-Sartoux remonte à 1962. En effet à cette époque la commune s’était déclarée commune d’accueil de la communauté harkis. Le maire a accueilli les harkis en logements sociaux et ensuite ils ont pu devenir propriétaires grâce à une politique intelligente de rachat à Taux Zéro dans les années 95. Mais cette opération n’est pas prise en compte dans la loi S. R. U !

[NDLR loi qui oblige les communes à avoir 20% de logement sociaux sur leur territoire sous peine d’amende financière]

Ainsi Mouans-Sartoux est en dessous de son quota. Nous avons programmé 800 logements dont 600 logements sociaux. Pour atteindre cet objectif nous avons défini 90 % de logements sociaux et 10 % des logements libres. Cela permet aux propriétaires fonciers de faire des dations à leurs enfants ou de se reloger eux même sur leur propre terre.
Au cours des années la mairie a acheté cinq ou six terrains à des prix très raisonnables en raison des bonnes relations que le maire entretien avec ses concitoyens. Des terrains situés dans un rayon de déplacement à pied vers les services.

Qu’en est-il des déplacements ?

La ville a été pilote très tôt avec des projets comme « Marchons à l’école ». Le vélo est pris en compte lorsqu’il y a rénovation.
Nous essayons d’améliorer les voies cyclables et la zone centre-ville dans un rayon de 500 à 800 mètre où sont regroupés tous les services. nous prévoyons des allées piétonnes pour que les familles puissent aller et venir avec leurs enfants sans voitures.

Dans l’hyper centre du village nous avons mis en place une zone 20 grâce à la nouvelle réglementation. Dans cette zone les piétons sont prioritaires.
[Ndlr Mouans-Sartoux est un village carrefour situé entre Grasse et Cannes et entre Mandelieu et Sophia Antipolis.]

Mouans Sartoux

Quelle est votre vision pour améliorer les déplacements dans cette partie du département ?

Une partie de nos habitants se rend sur le littoral une autre va vers Grasse, une partie vers Sophia Antipolis est ensuite une partie vers Cannes et la Bocca.
En ce qui concerne le flux de véhicule, le trafic Nord-Sud est de 14 000 véhicules quotidien (Cannes Grasse) et 15 000 véhicules Est-Ouest (Pégomas Sophia-Antipolis).

Nous souhaitons qu’il y ait une sortie de la pénétrante à la hauteur de la Paoute (Centre Auchan) afin de délester le centre du village de cette circulation et permettre aux gens qui sortent de la pénétrante de rejoindre Sophia-Antipolis par la plaine du plan de Grasse sans passer par le centre du village.

Comment améliorer les déplacements dans la région ?

Nous avons du mal à obtenir un schéma global et cohérent sur l’ensemble de la région. Il y a cinq agences de transport (Sillage, Envie, la région, le conseil général,..) elles ont chacune leur objectif et leur périmètre il y n’a pas de vue d’ensemble.
Pas de lignes en site propre.
Dans la région on a peur de faire des emprises sur la propriété privée alors que dans d’autres régions ont fait de la réservation de terre 15 ans à l’avance. Ici on réfléchit seulement deux trois ans à l’avance.
Par exemple à Nice il y a 2 lignes de tramway contre six à huit dans des villes équivalentes en France.
Nous appelons de nos vœux un syndicat intercommunal pour les déplacements qui regrouperait les cinq agences.

Comment le développement de la commune a-t-il été géré ?

Le maire s’est intéressé très tôt aux procédures permettant de planifier le développement de la commune. Nous avons été les premiers à définir notre POS en 1985 (prédécesseur du PLU) en travaillant avec des étudiants de la fac de droit de Nice à l’époque.
La zone de l’Argile, poumon économique du village a été mise en place dès cette époque.
Mouans-Sartoux est la seule commune de la région avec plus d’emplois que d’actifs résidents
[Ndlr : cela veut dire qu’il y a sur le territoire de la commune plus d’emplois que d’habitants travailleurs sur la commune].

Très tôt le maire a eu le souci de maîtriser le foncier et a construit des équipements dans un rayon de 600 mètres.
Nous avons une très forte vie associative avec 11 000 membres d’associations (pour 10 000 habitants) c’est une vie démocratique qui permet de mobiliser quand cela est nécessaire et permet d’offrir des services.

Le village fait quatre hectares et les surfaces autour représentent cinq fois cet espace. Nous encourageons la non consommation des espaces ainsi nous allons encourager la densification en zone centrale de R+1 en R+3 voir R+4 (c’est-à-dire autoriser le passage de 1 à 3, ou 4 étages) de manière à utiliser au mieux l’espace.
En ce qui concerne la rénovation. Nous n’avons pas voté la décision qui permettrait à ceux engageant de forte rénovation énergétique de disposer d’un COS supplémentaire car cela irait à l’encontre de la densification que nous voulons.

Qu’en est-il de l’énergie ?

Nous avons toujours favorisé le solaire dans la limite des A. B. F. (architecte des bâtiments de France) On ne peut que l’encourager réglementairement. Nous avons favorisé les rencontres entre citoyens et installateurs. Au niveau collectif les logements sont équipés de solaire thermique. Le gymnase est équipé en photovoltaïque, le musée et les écoles sont équipés en géothermie.
L’entreprise solaire installée sur la commune travaille beaucoup à l’équipement photovoltaïque des locaux industriels.
Nous avons dépassé le m² solaire moyen grâce à ces différentes opérations.

Nous remercions M. Le blay de nous avoir consacré du temps et vous pouvez entrer en contact avec lui par la mairie de Mouans-Sartoux.

Vous pouvez consulter le site internet de la commune ici.