Dans le cadre du salon Interclima + Elec,  Le responsable stratégie smart grid chez Alstom, membre du comité de réflexion smart grid à la communauté européenne a présenté le cadre de réflexion de l’éco quartier en relation avec le smart grid. Voir l’article en rapport avec la présentation du smart grid ici.

L’éco quartier est considéré comme la taille la plus raisonnable pour piloter les nouveaux modes de vie énergétique.

Les écoquartiers
Les écoquartiers : source www.cmaintenant.eu

Le passage de notre organisation actuelle qui est très centralisée pour la production d’électricité, qui est peu optimisée pour le recyclage des déchets, peu optimisée pour l’optimisation des petits déplacements, etc  etc etc ne peut se faire en repartant d’une feuille blanche d’autant plus que nous n’avons pas les solutions à la meilleure organisation future.
Il va falloir migrer  petit à petit et l’éco quartier est la taille la plus gérable d’un point de vue organisationnel, humain, logistique pour cela.

Dans l’éco quartier de demain en plus de l’électricité, il y a celui de la chaleur, du transport intelligent, du gaz,  et d’autres encore.

Le management de l’énergie passera par un signal prix. C’est l’information prix qui va dicter toutes les prises de décisions. Ce signal prix sera une information disponible sur le réseau et qui sera utilisée soit par l’utilisateur directement soit par un logiciel de gestion.

Question : Qui se bat pour le contrôle de la smart grid ?

La bataille aujourd’hui fait rage autour du protocole de communication. 3 grands types d’acteurs sont présents  : Le monde informatique, le monde des « manufacturers » fabricants de matériels , le monde des énergéticiens et il veulent tous prendre le pouvoir. Actuellement il n’y a pas de chef de file et on ne sait pas encore qui va prendre la main.

Pour ma part je pense que ce n’est pas si sûr car le libéralisation du marché et le principe même de décentralisation conduit intrinsèquement à la possibilité d’une multitude d’intervenants.

Pourquoi le protocole ne serait pas un protocole ouvert décidé par un organe collaboratif à l’instar du web et de ses instances comme le w3 qui défini les normes et qui est composé de professionnels du secteur qui sont en place dans des grandes entreprises. Au W3 les décisions sont prises pour permettre la meilleure performance du réseau et la meilleure interopérabilité entre les différentes couches applicatives. Ce n’est pas la suprématie d’un protocole propriétaire.

De plus dans le monde de la domotique il est quasimment acté que c’est le protocole IP (Internet protocole) qui sera la base de la communication entre objets. On trouve déjà des produits domotiques IPV6.

 

Tags: ,