La première tentative de nous faire payer le prix de l’utilisation de nos ressources est l’instauration de la taxe carbone.

La diffusion dans l’atmosphère du CO2 est une conséquence de la consommation d’une ressources non renouvelable et  limitée.
Est il normal de faire payer la conséquence ou serait il préférable de faire payer l’acte en soit ? ou bien l’achat de la matière ?

Personnellement je préfèrerais la dernière solution.
En effet la taxe carbone nous sensibilise à notre rejetons du CO2 dans l’atmosphère mais ce n’est pas le problème le plus fondamental. Le plus fondamental est de ne pas prendre conscience qu’il n’y aura bientôt plus de pétrole et non pas de continuer à en consommer en espérant un jour que sa consommation ne génèrera plus de CO2 car dans ce cas là il faudra trouver une autre taxe ….

Ainsi dans la tête des citoyens le message est que changer de voiture est un moyens de réduire l’émission de CO2.  Ce qui est un raisonnement très imparfait.

  • Si je roule moins sans changer de voiture c »est mieux mais je continue de payer la taxe de la même manière.
  • Si je change de voiture et roule plus qu’avant je paye moins mais a partir d’un certain nombre de kilomètres supplémentaires je vais polluer plus….

Une taxe à l’achat de la matière première serait donc plus logique mais elle existe déjà…

Par ailleurs dans notre monde qui change il faudra bien réduire les taxes quelques part car si on espère sensibiliser ou compenser une utilisation de ressources limitées par des taxes, Nos poches de contribuables n’étant pas infinies il faudra bien que les politiques bascule peu à peu vers une fiscalité taxant ces ressources plutôt que de taxer par exemple :

  • du travail
  • de la consommation de toute nature
  • un patrimoine sans qu’il y ait de lien avec les notions de développement durable (maison HQE ou positive)
  • taxe pro quelque soit la nature de l’activité sur une assiette ne prenant pas en compte les critères de développement durable.
  • Etc etc…
 

Tags: