Le New York Times met en ligne 587 documents issus de mails entre professionnels du pétrole extrait de gaz de schistes.

NYT Shale gas

Depuis plusieurs mois le sujet de l’extraction de gaz naturel  et de pétrole à partir de la roche de schistes a motivé de nombreux citoyens contre son exploitation. Le gouvernement a, sous la pression de citoyens militants  actifs,  été obligé de faire marche arrière sur un certains nombres de points.

Il faut dire que les images ramenées des Etats Unis ou la réglementation semble peu regardante sont assez étonnantes. Voir un habitant mettre son briquet devant son robinet et une gerbe de feu sortir de celui-ci n’est pas fait pour rassurer les habitants français proches des zones d’explorations.

http://video.nytimes.com/video/2010/06/21/arts/television/1247468091675/excerpt-gasland.html

GasLand
GasLand

La réalité du gaz de schiste semble bien éloignée des promesses mirifiques annoncées.

Dans ce dossier du NYT vous pourrez lire de nombreux professionnels dans des emails internes dénonçant un effet de mode et spéculatif qui conduirait à une sorte de bulle spéculative sur ces terres. Revendre ces concessions serait largement plus rentable que de les exploiter !

De plus les rendements semblent tomber rapidement après la première année d’exploitation ce qui contredit des prévisions de production de plusieurs dizaines d’années. Certes il est difficile de généraliser et la géologie est une science complexe dont il ne faut pas sous estimer la complexité avant de juger.

Mais 587 pages de conversations qui mettent en doutent la rentabilité ça fait réfléchir…

 Le peak oil c’est ça !

Le problème du gaz de schiste est représentatif bien les choix qui vont s’offrir à nous dans cette période de peak-oil.

Les pires problèmes ne seront pas quand la capacité de production de pétrole sera en chute libre.

Pourquoi ? Parce qu’à ce stade tout le monde aura compris que l’avenir énergétique se situe ailleurs.

C’est bien actuellement que les craquements sont les plus difficiles à déceler que les choix d’avenir sont encore cachés dans les complications du quotidien qu’il est difficile de lever la tête et d’avoir une vision énergétique claire d’une période transitoire vers un monde sans pétrole.

Le temps que la population comprenne que nous sommes en train de changer d’époque et que ce n’est pas quelques millions de barils de plus qui vont changer la fin de l’histoire.  Tant que les populations n’auront pas compris les politiques n’oseront pas changer leur vision stratégique long terme et nous resterons mal engagés sur « la route énergétique du futur ».

Deux clans s’opposent : les partisans de ne rien changer qui veulent continuer à ramer dans le sens d’une rivière qui est en train de s’assécher et ceux qui proposent un retour sur la terre ferme avant l’échouage. Une solution moins confortable mais plus prévoyante.

Peak Oil : Prise de conscience et prise de décision

Source du schéma : http://www.oilempire.us/peak-timeline.html

Fukushima est donc un incident salutaire qui tombe à point nommé la question de l’énergie sera débattue pour les élections de 2012 et le sujet reviendra sur le devant de la scène.

 Du pétrole radiocatif ?

Bon alors vous avez cliqué sur le titre accrocheur à propos de l’extraction de gaz de schistes à la bombe nucléaire et arrivé en fin de page vous avez l’impression de vous faire avoir ?

C’est pas un peu ça. Non ?

En fait si vous cliquez sur ce lien: http://www.nytimes.com/interactive/us/natural-gas-drilling-down-documents-4.html#document/p5/a22768

vous pourrez lire cet email ou l’on apprend que pour essayer d’optimiser la fracturation de la roche et les remontées d’hydrocarbure. Les américains ont envoyé une bombe atomique de 15 Kilotonne dans le sous sol. Le pétrole ainsi extrait était légèrement radioactif ! En termes de pollution c’est une sorte d’optimisation par l’absurde. En terme de marketing on appelle ça un package … « End of experiment » conclu le mail…

 

Tags: ,