Le nucléaire bien qu’incontournable donne à l’observation quelques inquiétudes fondées que la presse et le gouvernement ne se précipitent pas pour relayer. J’ai même plutôt l’impression d’un mutisme global presque organisé des acteurs du secteur pour ne pas mettre ce sujet sur le devant de la scène. Et au vu des éléments qui suivent on les comprends…

(Précision : Je ne suis pas un spécialiste du nucléaire et en l’état actuel cette source d’énergie est, pour moi,  à la fois incontournable et très dangereuse. J’étais relativement confiant bien que méfiant envers le secteur et les autorités mais mon opinion est an train de changer à la découverte de certains éléments sur le sujet dont certains que je partage ici.)

Centrale nucléaire source : Flickr http://www.flickr.com/photos/tonirodrigo/

Renouvellement de la pyramide des âges de l’industrie nucléaire :

La grande envolée du nucléaire français c’était dans les années 60 70.  40 ans plus tard tous ces ingénieurs qui partent à la retraite doivent être remplacés. Mais la situation n’est pas facile. le nucléaire n’a pas la cote auprès des jeunes et les cursus adhoc ne fournissent pas le contingent de personnel dont ont besoin les 2 grands AREVA et EDF pour simplement remplacer les départs à la retraite.

« 40% des ingénieurs et techniciens doivent partir en retraite entre 2007 et 2015 soit 40 000 emplois soit 5 000 emplois par an à remplacer or seuls 300 ingénieurs spécialisés sortent des écoles chaque année. Quelques lignes plus loin l’article détermine à 1200 les moyens humains chaque année. »

Cette information je l’ai lu dans la presse (terra eco de 09/2009 page 18 – 20) et bien que je n’ai pas encore trouvé de confirmation sur le net de celà j’ai eut 2 discussions avec des gens étant en contact avec ce secteur qui semblerait confirmer cette direction.

De plus l’argument tiens la route; la vague de création d’emplois dans le nucléaire au début de l’industrie doit être aujourd’hui remplacé en raison des départs à la retraite.

Ou allons nous donc ?

Les paris impossibles du nucléaire mondial?

A la lumière des informations précédentes, que penser des objectifs commerciaux de Areva ou de Edf qui veulent « recouvrir » la planète de centrales nucléaires.
Rien que dans le dernier rapport de l’AIEA (Agence internationale de l’Energie) il est question de  1000 centrales nucléaires supplémentaires dans les décennies à venir pour aider à la réalisation des objectif de réduction de GES et à la baisse des ressources des énergies fossiles classiques.
La France, une des toutes première puissance nucléaire civile mondiale, va déjà avoir un problème avec son seul parc.
Comment ces entreprises pourront elles avoir la ressources humaines pour relever leur challenge ?
La main d’œuvre sera forcément peu française.
Pourra-t-on parler d’entreprise française ? Comment considérer les soutiens de l’état à ces entreprises ?

Ou allons nous donc ?

Notre parc nucléaire est vieillissant

Pour paraphraser Fernandel,  nos ingénieurs sont vieillissants, et nos centrales – aussi- .
Construites dans les années 60 70 80 elles ont étés conçues pour durer 40 ans et même avec une petite rallonge liée au progrès technique, nous n’échapperons pas à un renouvellement prochainement. Ce renouvellement c’est 150 à 200 millards d’euros. « A vot’ bon coeur M’sieurs Dames ».

Ce renouvellement ne fera que remplacer l’existant certes avec une amélioration techniques, mais il est probable que notre demande en électricité ira elle en accroissant si la demande de véhicule électrique s’accroit.

Ou allons nous donc ?

Centrale nucléaire source Flickr : http://www.flickr.com/photos/thesoundoviolence/

Une prise de conscience collective de ce qu’est le nucléaire.

Il me vient une séquence de l’excellent documentaire de T Jones diffusé récemment sur France 3 (nucléaire en alerte), une courte séquence ou des retraités reconnaissaient que pendant toute leur carrière ils avaient fermés les yeux sur beaucoup de choses et que pourtant ils savaient. Ils savaient les risques, les dangers, les conséquences.

C’est seulement une fois à la retraite qu’ils ouvraient les yeux et osaient parler. J’ai l’impression que les jeunes  ne vont pas attendre la retraite pour dire ce qu’ils pensent et qu’une conscience environnementale plus forte obligera à un management différent et probablement une plus grande transparence. Ce ne sera pas sans conséquence sur la vision globale de la population sur le nucléaire.

La réussite du plan bâtiment ne conditionnerait il pas notre capacité à pouvoir nous déplacer dans le futur ?

En résumé d’un coté :

  • une capacité de production électrique plutôt en situation déclinante,
  • une production de pétrole dont l’avenir est connu (même si le calendrier reste discuté)
  • des contraintes climatiques de plus en plus fortes

et en face :

  • un besoin énergétique qui ne diminue pas en raison notamment de notre besoin de déplacement et de transport.

Les bâtiments représentent 40% de notre consommation énergétique (toute énergie confondues).

Or la technologie actuelle permet :

  • de construire des bâtiments qui produisent plus qu’ils ne consomment
  • de transformer des bâtiments existants pour les rendre une fois deux fois voir trois ou quatre fois plus économes.

La solution semble toute trouvée. La plan bâtiment devient stratégique pour le pays non pour simplement réduire notre dépendance ou protéger le climat mais bien pour continuer  à nous déplacer presqu‘aussi facilement qu’aujourd’hui et à protéger le monde économique de certains des boulversements qui l’attendent.

C’est une hypothèse. Elle n’a pas de fondements plus fouillés que cet article. Mais elle ne semble pas déraisonnable. Vos avis sont les bienvenus.

Le secteur énergétique est trop important pour être laissé à la seule gouverne de nos gouvernants qui ne gouvernent que pour se faire réélire et qui prennent des décisions non pas selon la pertinence économique à long terme mais selon les conséquences électorales à court terme. « La loi est devenu un acte de communication plus que de gouvernement » la démocratie ne doit pas être un chèque en blanc à nos dirigeants, même élus.

Le passé énergétique que nous avons connu n’a t il pas été d’une stabilité exemplaire au regard de ce qui nous attends.  Qu’est ce que la hausse du prix du pétrole de 20 ou 50 % en face de sa disparition pure et simple comme source énergétique quotidienne et bon marché ?

 

Tags: , ,