Il y a un an la région Nord Pas de Calais signait pour un Masterplan, un plan de développement stratégique, avec le prospectiviste américain Jeremy Rifkin auteur de la « Troisième révolution industrielle »

A l’époque on pouvait être sceptique.
Imaginez, un président de région un peu hirsute, vanter les mérites d’un prophète américain et promettre de meilleurs jours à ses administrés grâce aux visions brossées dans un ouvrage presque lyrique décrivant un monde d’éoliennes interconnectées avec des voitures électriques et des immeubles servant de piles à combustibles.

 Pour l’historique exact reportez-vous à la description faite l’année dernière ici même.

 Une cohésion régionale ?

Mais voilà ce regard sarcastique que pouvait poser bien des pessimistes de notre pays (et notre pays et quand même le premier producteur mondial de pessimistes) et bien ce regard va sûrement changer.

Toute la région Nord Pas de Calais venu à l'écoute de J Rifkin
Toute la région Nord Pas de Calais venu à l’écoute de J Rifkin

Il y a de quoi rester au moins perplexe, et à minima étonné de voir côte à côte un président des CCI de la région représentant le patronat, un président et un vice-président de région (socialistes) un entrepreneur privé (Claude Lenglet) avancer de concert et arriver à emmener les patrons, les représentants de l’état, le préfet, les président de conseils généraux,  les représentants des banques, des institutions financières publiques, les petits patrons, et … les représentants de syndicats CGT CFDT, des représentants de partis adversent que l’on à pas l’habitude de voir cohabiter, FN EELV, Regardez la liste ci dessous.

C’est peut-être la construction de cette cohésion des managers économiques et des cadres politiques de la région qui restera comme l’étape la plus importante.En effet si tous les dirigeants et représentants de divers ordres sociaux sont d’accords, la diffusion du message, la motivation des équipes, la mise sur pied d’une armée de bonne volonté pour la troisième révolution industrielle ne sera plus qu’une formalité pour la région.

A moins qu’au contraire cette étape restera celle qui ayant mis de côté les habitants, citoyens, travailleurs, électeurs conduira cette histoire aux cimetières des idées politiques morte avant d’avoir existées. Parce que pour l’instant ce concept semble encore inconnu à une majorité d’habitants de la région et à l’approche des élections les sceptiques vont parler plus fort des 350 000 euros d’honoraires du consultant américain que des perspectives qui s’ouvrent à la région.

 Que trouve-t-on dans le « master plan »

une hausse de PIB de la région de 47% en 2050 contre 36% pour l’hypothèse de continuation actuelle. Une réduction de la consommation d’énergie de 60%  et 165 000 emplois créés contre une perte probable de plusieurs dizaines de milliers.

Vous pouvez consulter une synthèse du plan stratégique ici , et le site qui y est consacré :

Nous reviendrons sur quelques points de ce Masterplan dans un autre articles.

Toute la région Nord Pas de Calais venu à l'écoute de J Rifkin
Toute la région Nord Pas de Calais venu à l’écoute de J Rifkin

Y a-t-il une alternative ?

La tendance actuelle confirme que les industries encore présentes dans la région vont probablement encore licencier. La Redoute serait peut-être en vente. Le nombre de foyers en précarité énergétique ne peut qu’augmenter avec la hausse de l’énergie.

Les sceptiques peuvent critiquer mais la situation actuelle n’offre aucune perspective. Le modèle doit changer.

Mais sur quelle durée ?

C’est le facteur temps qui inquiète le plus les populations. Or une révolution industrielle ce n’est pas immédiat. Si nous sommes passés du charbon au pétrole en 30 ou 40 ans, le passage à un monde tirant ses ressources d’autres choses que du pétrole, du gaz ou du charbon prendra la même durée.

C’est long, les quinqua au chômage ne pourront pas en profiter; Et c’est court, vos enfants le vivront dans leur activité professionnelle.

Tout casser ?

Comment mettre en place un plan qui suggère la destruction de beaucoup de monopoles, d’organisations, de cadres juridiques.  C’est bien là tout le problème.

Premier problème la distribution de l’électricité que chacun pourra produire selon des algorithmes qui gérerait la météo, les clients éventuels dans les environs et la consommation personnelle. Ce n’est que du rêve car EDF et ERDF restent les maîtres du jeu. Il est interdit par la loi de les contourner.
Voilà déjà un premier frein mais on pourrait en citer des dizaines d’autres. La rénovation thermique poussée, voir la transformation en bâtiment positif implique des travaux bien souvent contradiction avec les règles d’urbanismes. Cela faisait d’ailleurs l’objet d’une intervention d’une responsable d’eiffage ici (On sait faire techniquement mais nous n’avons pas le droit)

Bref la troisième révolution industrielle est aussi une révolution juridique, législative. Hors la région n’est pas l’Etat. Comment pourra-t-elle faire bouger les lois ? D’où l’appel au droit à l’expérimentation de Ph Vasseur dans son discours de clôture. En effet prenant la suite de J Rifkin, le président de la CCI a demandé à l’Etat, présent par la voix du préfet, de les laisser expérimenter. Sans expérimentation pas de salut.

Pour quand les premiers projets ?

Et bien la région avait déjà des projets qui allaient dans le sens de la troisième révolution industrielle. Dès 2014 cette volonté se concrétisera donc.

Ils ont pris de l’ampleur. Ils ont été remis en perspective les uns avec les autres. C’est déjà un des premiers effets de ce plan.  Les initiatives isolées ont pour objectif d’essaimer, de se relier les unes aux autres, de s’étendre, communiquer leurs bonnes pratiques, partager,

Citons :

  • Le projet zéro carbone en 2050  des sept universités de la région.
  • La volonté de présenter la région à l’appel à projet national éolien en mer pour deux zones d’implantations
  • Travail sur la création d’une agence en charge de coordonner le développement des mobilités douces.
  • Le port de Lille qui veut repenser la logistique du dernier kilomètre à la lumière du concept.
  • A Lens un projet d’écoquartier veut revoir sa copie pour intégrer sa synergie énergétique avec les équipements publics proches.
  • A Mourvaux, un autre écoquartier veut intégrer tous les piliers de la révolution et pas seulement des bâtiments basses consommation.
  • A Loos en Gohelle, de nombreuses idées sont déjà en marche dans cette commune qui a mis sur pied un comparateur de panneaux solaires grandeur nature !

C’est déjà un premier effet de ce projet.

Les esprits se mettent en communs, les projets sont envisagés en interconnexion pour une complémentarité technique, humaine énergétique.

Comment financer la troisième révolution industrielle ?

La région compte utiliser les crédits européens existants, les outils nationaux comme les plans du programme investissements d’avenir, les outils d’amorçage locaux mais aussi de nouveaux outils comme le crowdfunding, la mise sur pied d’un produit équivalent au livret A estampillé 3° révolution industrielle ! les investisseurs institutionnels.

Au total 1 milliards d’euros devraient être mobilisés

Est il possible aujourd’hui de prendre le pari que ce foisonnement de projet et leur mise en commun donnera une longueur d’avance à la région dans la transition énergétique ?

Car ces projets vont se concrétiser difficilement, ils vont se heurter aux murs infranchissables de ceux qui veulent réaliser ce que personne n’a jamais réaliser. Mais en expérimentant les premiers les freins humains techniques, juridiques et financiers. la région ne va t elle pas prendre une longueur d’avance sur les autres ?

Souhaitons le lui

 

 

Tags: , , , ,