Pourquoi les pays nordiques ont jusqu’à 40 % de leurs habitations en bois contre 5% en France ?

Comment l’état pourrait diminuer le budget des aides sociales tout en augmentant le nombre de logements sociaux ?

Voilà 2 questions et quelques autres auxquels nous avons eut la réponse en rencontrant Edouard Boucher et Xavier Coquel respectivement architecte et charpentier spécialisés dans la conception et la réalisation de maison bois qui nous ont présentés leur vision du marché et du secteur en général.

Le genre d’interview qui bouleverse les idées reçues et remet en cause le système en place avec des idées dont on se dit après « mais comment on n’y avait pas pensé avant » !

Cet article fait partie d’une série consacrée aux prestataires de la « rénovation durable » voir la note en fin d’article.

Edouard Boucher a travaillé dans différents agences dont notamment sept années dans l’équipe de Jean nouvel, il a ensuite fondé sa propre structure de rénovation intérieure pour des espaces commerciaux, boutiques, grands magasins, tout en continuant à s’intéresser aux constructions bois.
Aujourd’hui il se consacre entièrement à la construction bois pour le goût de la matière et le respect de l’environnement et se concentre sur la conception de maisons individuelles ou collectives en bois.

Le marché de la construction bois est en plein développement.

Selon notre invité l’engouement des clients pour le sujet remonte à 2007, la présidentielle a porté le débat sur l’environnement et il y a eut une prise de conscience qui a favorisé le sujet de la construction en bois. Mais 18 mois plus tard c’est la crise et de nombreux projets lancés ont été freinés ou abandonnés à ce moment. Actuellement ce n’est ni l’euphorie ni le marasme; si les nouveaux projets arrivent la filière reste fragile.

Les avantages de la construction bois bois sont nombreux pas seulement pour le quotidien de ceux qui y habitent mais aussi pour les intervenants dans la conception et la construction.

  • Chantier silencieux : les maisons bois ou les extensions bois sur des habitations bétons sont préfabriquées en usine et mises en œuvre sur place en quelques jours sans nuisances sonores pour les riverain,
  • Des délais d’intervention très courts,
  • Pas de déchets sur les chantiers : même pas de bois ..
  • Pas d’aller retour de bétonneuses avec ce que cela comprend de bruit, de pollution et d’énergie consommée. Une maison bois c’est 4 fois moins de poids. Le poids entrainant des conséquences on en vient à amener du béton pour supporter … le poids du béton.
  • Le coût d’une maison bois n’est pas forcément inférieur à une construction Parpaing + Enduit mais l’économie réalisée sur le chauffage rend l’investissement plus intéressant à long terme.

Du bois sur des immeubles :

La particularité d’Edouard Boucher c’est son savoir faire en zone urbaine pour concevoir des surélévations en bois sur des immeubles.

Edouard Boucher travaille beaucoup en région parisienne voir même dans Paris intra muros ou il a pu réaliser quelques sur-élévations en bois dans des immeubles privés.

Extension surélévation bois sur immeuble parisien
Extension surélévation bois sur immeuble parisien (lire l'article sur côté maison)

Cela parait surprenant mais les spécificités en termes de poids, de coût et de facilité de chantiers, donnent bien des avantages à cette technique en milieu urbain.

Le plus délicat n’est pas la réalisation mais peut être l ‘obtention du permis de construire car faire une telle demande a des services administratifs car chaque demande nécessite du temps et beaucoup de pédagogie.

« des après-guerre on a écarté le bois et la France est partie dans une politique tout béton sans que personne ne se pose de questions » nous explique Edouard Boucher » Le béton c’était le progrès et on a oublié le bois et ses qualités intrinsèques et ses avantages indirects (emplois locaux, conservation des paysages, gestion des forêts, etc.) alors que dans les pays nordiques la construction bois n’a jamais fléchie depuis 50 ans. Ils ont maintenant une expérience et un savoir faire qui nous manque ».

A l’opposé on communique sur des labels tels que le HQE
Moins contraignant, il suffit de choisir 7 critères dans une liste de 14 qui n’ont pas d’objectifs chiffrés en matière d’économie ou de performances. A ce titre le HQE permet de noyer le poisson et d’éviter les vraies remises en question.

voir HQE sur wikipedia ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_qualit%C3%A9_environnementale

Notre invité nous rappelle que ce n’est que récemment que les écoles d’architecture on modifié leurs programmes pour  former sur d’autres matériaux que le béton et elle garderait une tendance à se focaliser sur le maniement des logiciels 3D au dépend de concept tel que la course de vapeur, fondamental dans les maisons en bois.

La course de vapeur désigne le passage de l’air au travers d’une cloison extérieure et la manière dont l’humidité contenue dans l’air réagi lors cette traversée notamment en évitant ou pas la condensation aux différents moments de l’année ou de la journée.

Pour faire une maison qui respire intelligemment notamment si elle très isolée et si elle utilise des matériaux alternatifs, mieux vaut maitriser ce phénomène.

Le bois en habitat collectif et social c’est possible.

Pour appuyer sa vision d’une architecture différente, Edouard Boucher nous parle d’ un programme immobilier monté en Hollande pour des habitations collectives à caractère social. Toutes les maisons (en bois) ont étés largement recouvertes de panneaux solaires. Cet investissement représentait un surcout mais les bâtiments sont positifs et produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment, cette énergie est revendue …. Et sert à payer les loyers !!

(référence en cours)

Ainsi un habitat innovant de qualité modèle en terme d’économie d’énergie c’est possible même pour une population sociale défavorisée.

La cerise sur le gâteau (une forêt noire évidemment) est que cela permet également une réduction des aides sociales. Car cet argent économisé dans l’énergie non acheté, et celui récolté dans la revente de l’électricité solaire c’est autant d’argent en moins à débourser pour les organismes sociaux pour aider les familles à se loger.

Actuellement en France le système est trop rigide. Ceux qui gèrent l’aide sociale ne sont pas ceux qui réfléchissent au logement. Pas de liens donc pas de synergie, pas de remise à plat du système.

Avec cet exemple nous voyons une fois de plus que le 21° siècle est un défi juridique car il réclame de la souplesse de l’adaptabilité pour s’adapter à une nouvelle organisation de la société.

En conclusion la construction bois profite actuellement d’une popularité croissante qui en fait un bon investissement immobilier. Les maisons bois se revendent très facilement.

C’est un investissement pérenne dans le temps et qui contribue à protéger l’environnement : plus de hésitation à avoir !

Note déontologique

– Cet article fait partie d’une série d’interview de professionnels du bâtiments et d’énergies renouvelables.
– Le point de vue présenté ne reflète pas forcément celui de la rédaction de VertDurable.
– La présentation de la société n’a fait l’objet d’aucune rémunération.
– Les liens vers les sites des professionnels ne sont pas rémunérés ou payants.
– Nous réalisons le choix des photos.
– Si vous êtes un professionnel de la rénovation « durable » et « nouvelles » énergies votre témoignage nous intéresse, contactez nous.

 

Tags: